Séjours tropicaux à temps partagé


Cet espace Internet va peut-être permettre de faire connaître et donc de développer de manière exponentielle un lieu insolite, inconnu mais attirant, situé sur une île tropicale des Grandes Antilles, d'autant moins renommé que l'on s'éloigne des grands centres touristiques surpeuplés des bords de mer. Cet endroit différent accueille avec sympathie tout authentique voyageur, aventurier, découvreur, écologue recherchant assez l'aventure pour oser la singularité. L'esprit curieux se sentira aussitôt "intégré" et "charmé" par cet étrange espace très reculé, assez introuvable et véritablement éloigné du tourisme de masse.

Le Grand Amiral, Cristoforo Colombo (Christophe Colomb), avait tendance à raconter à ceux qui voulaient l'entendre, à propos notamment de cette région orientale de l'île Española (l'Espagnole ou Hispaniola), qu'il avait découvert des terres d'une richesse insondable, les Jardins de l'Eden. L'oncle du jeune Hernan Cortés, Picos Pardos, racontait quant à lui, au jeune Hernan, qu'il avait vu de ses yeux, des Indiens avec des trésors ramenés des Indes. L'or, lui disait-il, s'y trouve en telle abondance qu'il coule des rivières. On peut donc imaginer sans difficultés qu'aux alentours de ce curieux territoire, chaque sentier, chemin, sente, trace ou piste, recèle cinq siècles passés d'aventures surprenantes de ces fameux voyageurs conquérants, mais aussi de ces Indiens Caraïbes et Taïnos. Les passionnés de la fameuse Histoire concernant les grandes conquêtes espagnoles dans les Indes occidentales, éprouveront sans nul doute, l'intense émotion de découvrir, hors des sentiers battus par le touriste lambda, des signes, des objets ou des vestiges de ce qui remontent à environ un demi millénaire et qui subsistent toujours dans ces lieux écartés et encore sauvages.

Alonso Ojeda, Juan de la Cosa, Amerigo Vespucci et Bartolomé de Las Casa, les conquistadores contemporains de Christophe Colomb, ont certainement dû inaugurer une bonne partie des pistes sinueuses de la "Cordillera Oriental" lors de ce que l'on appelle communément "voyages andalous". Assurément, dû aussi affronter certains chefs caraïbes tel Caonabo et parvenir à gagner face à une terrible armée d'indiens, évaluée avec exagération à cent mille, la bataille de la Vega Real... Et encore, tant d'autres entreprises hasardeuses ! Tout dans ces lieux éloignés, est chargé de fabuleux souvenirs et de conquêtes inouïes. Hatuey, un cacique Taïno a dû lui aussi parcourir ces sentes escarpées de la cordillère, pour tenter d'échapper au baptème que lui imposait Bartolomé de Las Casa, avant de pouvoir enfin fuir en direction de Cuba vers 1512.

Pour expliquer cet endroit différent que "Détente Tropicale" est sensé faire connaître, on peut dire qu'il s'agit d'un site rural éloigné du tourisme de masse. Niché discrètement dans une campagne singulièrement vallonnée comme un paysage helvétique et curieusement arborée de palmiers royaux. En pleine végétation tropicale, au pied de la cordillère orientale, non loin de grandes lagunes sauvages et de la côte Est-atlantique de la République dominicaine, face à Puerto Rico, ce domaine inconnu (Estancia desconocida) propose d'ouvrir son club privé, à certains voyageurs, aventuriers, découvreurs d'insolite et écologues respectueux des équilibres naturels et adeptes d'un certain retour à la nature.

Dans l'objectif d'un développement durable et le souci d'un habitat vraiment écologique, après le projet de construire cinq chalets bois sur le petit morne dominant le ranch d'élevage de chevaux d'allure, l'idée est venue d'ériger sur une colline voisine, légèrement plus loin, un camp de toile d'ambiance très "safari", avec 12 tentes spacieuses conçues pour six occupants et aménagée, par souci de commodité extrême, de façon à ne recevoir que deux hôtes confortablement.


La formule sera identique à celle appliquée pour les cinq chalets sur pilotis. A savoir, que ce camp de toile permettra de développer d'une manière exponentielle l'hostellerie existante en agrandissant notablement sa capacité d'accueil. D'autre part, l'hébergement sera également fractionné en parts destinées à être attribuées à des usagers différents au cours de deux années successives afin de considérablement réduire les frais de séjour. Cette nouvelle manière de concevoir des vacances, permettra ainsi, suite à une modeste souscription au club du domaine (Estancia desconocida), de faire participer inconsciemment, chaque souscripteur, à la protection des espaces environnants fragiles et d'entrainer la communauté locale à s'impliquer directement dans l'écologie et indirectement dans la création de commerces de proximité, d'ateliers artisanaux. Bref, de produire de nouveaux emplois en leur permettant de générer des bénéfices.

Dans ces lieux hors du temps, non loin de la rêverie, proche du songe et de l'utopie, le véritable raffinement et le luxe réel sont de prendre conscience qu'il vaut beaucoup mieux être vrai voyageur que simple touriste"


Bachata Musique typique dominicaine